Notre article dans le bulletin communal

Constatant que le droit d’expression des élus de l’opposition était souvent bafoué, au mépris des principes démocratiques, le législateur a modifié l’article 2121-27-1 du code général des collectivités territoriales : depuis les élections de mars 2020, les municipalités de plus de 1 000 habitants (contre 3 500 auparavant) ont l’obligation de réserver un espace à l’expression des élus de l’opposition sur tous les supports de communication de la commune. C’est pourquoi, après cinq ans d’absence, vous retrouvez dans ce bulletin un espace dédié aux élus de l’opposition.

Nous tenons tout d’abord à remercier les habitants qui nous ont accordé leur suffrage, témoignant ainsi de leur volonté de participer davantage à la vie de leur commune, de renforcer la solidarité et les liens intergénérationnels entre les habitants et de mieux vivre ensemble. Nous tenterons de faire vivre ces valeurs, de manière constructive, au sein du conseil municipal et, au-delà, au sein de la commune.

Ces valeurs du « vivre ensemble » que nous défendons ont pleinement trouvé à s’exprimer depuis le début de la pandémie qui a frappé brutalement notre pays et le monde entier. Nous tenons ici à saluer, tout particulièrement, les habitants de la commune, bénévoles ou professionnels, qui par leur engagement et leur dévouement permettent à tous de traverser cette période difficile dans les meilleures conditions.

Lors de sa dernière réunion, le conseil municipal a mis en place les commissions et désigné les conseillers municipaux référents auprès des organismes extérieurs. S’agissant d’une des fonctions ordinairement dévolues aux élus, la création de la fonction de « délégué aux cérémonies » et le principe d’une indemnité complémentaire spécifique d’un montant annuel de 1190 € attachée à cette fonction, nous ont fortement surpris. Monsieur le maire nous a précisé que cette indemnité était accordée pour l’organisation des cérémonies sur la commune mais qu’il représenterait lui-même la commune lors des cérémonies officielles. Sur l’hypothèse de trois cérémonies organisées par an par la commune, la fonction de délégué aux cérémonies serait indemnisée à hauteur de 396 € par cérémonie. Ceci nous paraît très largement disproportionné.
Nous avons également demandé une baisse des impôts locaux au motif que les projets d’équipement de la commune pour l’année 2020 (cabinet médical, appartement au-dessus du restaurant scolaire, salle des associations) étaient déjà financés (voir l’article explicatif sur l’investissement communal sur notre site vivreensembleadineault.fr). Monsieur le maire nous répond que des travaux sont à envisager sur la charpente de l’église. Cette situation étant connue depuis plusieurs mois, nous ne comprenons pas pourquoi aucune démarche n’a encore été entreprise pour ce chantier. De plus, il semblerait que les travaux ne débuteront pas cette année.
Des travaux complémentaires d’éclairage public sont demandés par les riverains de la cité du Menez Hom. Ces travaux nous semblent effectivement nécessaires. Toutefois, la compétence « éclairage public » a été transférée au Syndicat d’Energie et d’Equipement du Finistère (SDEF). Si la commune peut formuler des demandes auprès du SDEF, elle n’a aujourd’hui aucune compétence en la matière : elle ne peut donc prendre aucune décision d’équipement ni supporter aucun financement. Par ailleurs, nous avons signalé à Monsieur le maire que l’éclairage public faisait défaut ailleurs sur la commune (route du Roudou Hir par exemple). M. Bodiou propose intelligemment de faire un état des lieux général des besoins complémentaires d’éclairage public sur la commune plutôt que de travailler au cas par cas.
Une baisse de loyer pour le cabinet médical était proposée par le conseil municipal. Nous avons demandé l’exonération totale de loyer pour le médecin au motif que ce dernier rend un grand service à la population en reculant la date de son départ en retraite dans l’attente d’un remplaçant. Demande approuvée par l’ensemble des conseillers.